QU’EST-CE QUE

LA COMMEDIA DELL’ARTE ?

 

 

 

Source du théâtre moderne avec les drames Elisabéthains, la commedia dell’arte est toujours apparue comme une forme théâtrale populaire et variée. Elle naquît, dans sa forme actuelle au début du XVIème siècle sur les tréteaux des foires d’Italie. Son histoire, longue de quatre cent ans, extrêmement riche culturellement, socialement est encore entourée de mystères. A travers ses multiples facettes et ses différents types, elle n’a jamais cessé de nous fasciner.

 

 

«Arte» signifie en italien Art, mais aussi métier professionnel, ce qui nous laisse supposer que ces fameux italiens furent les premiers comédiens professionnels, le terme «commedia dell’arte» est relativement récent, XVIIIème siècle, avant on l’appelait : «commedia all’improviso» (improvisation),

«a sogetto» (sujet) ou encore «commedia di Zanni» (nom du premier valet de la commedia dell’arte).

En France on la nommait tout simplement, comédie Italienne, ou Comédie de masques.

Comment à partir de tout cela, définir la Commedia ?

 

 

C’est un théâtre de masques, de types, de caractères.où chaque personnage représente une ligne sociale de la population jouant sur tous les travers, les défauts de chacun dans une volonté de divertissement.

C’est une forme théâtrale privilégiant l’action, basée sur un canevas, elle se perpétue donc grâce

à des types et non à un texte. En effet, les comédiens dell’arte conservaient durant l’ensemble de leur carrière le même masque, maîtrisant ainsi chaque compartiment de leur personnage, pour une totale improvisation où entrées et sorties étaient réglées par le chef de troupe, ensuite le texte était abandonné à l’ingéniosité du comédien.

La commedia dell’arte est aussi un théâtre de gestes, de mouvements, d’acrobaties, un théâtre d’intérieur autant que d’extérieur, de couleurs, de rires,…

 

La commedia dell’arte n’a pas fini de nous faire rêver,

car au-delà de tous ses angles, de sa psychologie, de ses canevas,

de ses personnages qui parlent du monde,

elle prône en un premier lieu la joie de vivre et de faire vivre.

 

REPERES
 

VOICI SEPT GRANDS "TYPES"

DE LA COMMEDIA DELL'ARTE

APPARUS

DANS LA SECONDE MOITIE

DU XVIEME SIECLE

 

PANTALON

Vieux marchand Vénitien, riche, avare, autoritaire et acariâtre, inspirateur du célèbre Harpagon, il est la figure centrale et paternelle souvent tournée en dérision. Son masque est apparenté au rapace, sa démarche lente, son costume rouge et noir.

 

ZANNI

Premier valet de la Commedia, originaire de Bergame, paysan frustre, pauvre et sans éducation, il est l’ancêtre de tous les valets de comédie qui suivront, de Molière à Beaumarchais. Son masque est celui d’un grand oiseau emplumé, sa démarche est souple et agile, son costume large et blanc.

 

LE DOCTEUR

Haut en couleur et en vocabulaire, il vient de Bologne, célèbre ville universitaire de l’époque et représente les lettrés, chercheurs, médecins et autres scientifiques… Sympathique et inquiétant à la fois, il deviendra l’une des figures centrales du théâtre, notamment chez Molière. Son masque est celui d’un taureau, sa démarche lourde et empesée, son costume noir.

 

LE CAPITAN

Militaire espagnol, descendant direct des grands conquistadors, sa couardise n’a d’égal que sa vantardise, ses pitreries et fanfaronnades… Son masque ressemble à un renard ou à un chien, il se déplace « comme à la parade », son costume riche et coloré.

 

L’ARLEQUIN

Second valet de la Commedia, créé à Paris par les Italiens pour le public français, il est devenu rapidement le plus emblématique. Sa ruse, son énergie et sa naïveté rejoignent ses origines mystérieuses au plus profond du Moyen-âge. Son masque peut être chat, chien, cochon…, sa démarche explosive, son costume multicolore.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ISABELLA

Riche et distinguée, femme de la cour et « précieuse ridicule », elle cultive et alterne caprices, extravagances et timidité… femme ou fille du Seigneur Pantalon.

Non masquée, son costume est souvent richement orné et brodé, sa démarche légère et gracieuse.

 

RICCIULINA

Servante, alter ego de Zanni ou de l’Arlequin, et complice, elle se distingue par sa force de caractère et son intelligence à dénouer les intrigues.

Non masquée, sa démarche est vive et provocante, son costume simple, robe et tablier.

 

Il est à souligner que les personnages féminins sont moins nombreux puisque apparus plus tard sur les scènes et tréteaux…

 

Il existe de nombreuses autres figures issues de ces sept principales, Pierrot, Colombine, Pulcinella, Mezzettin, Sganarelle,… et qui ont suivi le développement de la Commedia sur plus de deux siècles…

 

MASQUE D'ARLEQUIN